Une étudiante défie les conventions en métro avec une montre Richard Mille à 5 millions de dollars

Quand la haute horlogerie s’invite dans le quotidien : une étudiante chinoise crée le buzz en arborant une montre d’une valeur de 5 millions de dollars dans le métro, suscitant un débat mondial sur les réseaux sociaux.

Le luxe discret dans les transports en commun

Une vidéo virale récemment mise en ligne a semé l’émoi parmi les amateurs d’horlogerie et au-delà, révélant une jeune étudiante de l’université de Tsinghua naviguant avec nonchalance dans le métro tout en portant une montre Richard Mille RM 052 Skull estimée à la somme astronomique de 5 millions de dollars. Cette apparition contraste fortement avec l’image habituelle des propriétaires occidentaux de Rolex qui redoutent parfois d’arborer leurs garde-temps précieux dans la rue.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par IFLW (@ifuckinglovewatches)

Ce spectacle inhabituel n’est pas passé inaperçu et a immédiatement déclenché une vague de réactions partagées sur Internet. D’un côté, des voix s’élèvent pour louer la simplicité et la modestie apparente de la jeune femme, tandis que d’autres remettent en question l’authenticité des biens exhibés ou expriment leur inquiétude face aux risques potentiels d’un tel étalage de richesse.

L’accessoire qui ne passe pas inaperçu

  • Richard Mille RM 052 Skull: Un chef-d’œuvre d’horlogerie valant près de 5 millions de dollars.
  • Hermès et Van Cleef & Arpels: Des bijoux signés par des maisons prestigieuses accentuent l’éclat du poignet de l’étudiante.
  • Rolls-Royce: Un parapluie griffé comme symbole d’une richesse discrète mais affirmée.

Les accessoires portés par cette étudiante ne sont pas passés inaperçus. Le bracelet Van Cleef & Arpels Vintage Alhambra à lui seul est un symbole reconnu d’exclusivité et d’élégance. Mais c’est surtout sa montre Richard Mille qui a capturé toute l’attention, cet accessoire étant rarement aperçu hors des cercles les plus huppés et sécurisés.

Lire aussi :   Le grand bal horloger : éclat et prestige au Met Gala 2024

Un débat entre admiration et scepticisme

Les réactions divergentes soulignent un clivage fascinant entre admiration pour le goût raffiné et scepticisme quant à la véracité du luxe affiché. Certains commentateurs soulignent le paradoxe entre ce display ostentatoire et le choix humble d’utiliser un mode de transport public. D’autres mettent en exergue les dangers potentiels, faisant référence aux vols fréquents dont sont victimes les possesseurs de montres haut de gamme dans certaines capitales occidentales.

Pourtant, un détail semble avoir échappé à beaucoup : le sac à dos que porte l’étudiante indiquerait qu’elle est issue du meilleur établissement secondaire chinois affilié à Tsinghua. Ce contexte éducatif exceptionnel vient renforcer la crédibilité du statut socio-économique supposément élevé de la jeune femme, probablement héritière d’une fortune familiale conséquente.

Afficher Masquer le sommaire