en

Rolex vs Omega : Le duel des titans sous les vagues – Qui remporte la bataille des montres de plongée

Entre et , la compétition fait rage sous les vagues. Qui de ces géants horlogers propose la meilleure montre de plongée ? Une comparaison détaillée révèle leurs forces respectives, de la profondeur maximale à la performance en passant par le rapport qualité-prix.

Le choix du diver

Rolex offre une sélection plus restreinte avec ses trois modèles phares : le Submariner, le Sea-Dweller et le Deepsea. En y ajoutant le Submariner sans date, on atteint quatre modèles déclinés en douze variantes. La marque à la couronne mise sur une évolution lente mais constante de ses designs iconiques.

A l'opposé, Omega présente une gamme beaucoup plus étendue avec pas moins de 117 variantes réparties entre quatre collections : le Diver 300M, le Seamaster 300, le Planet Ocean et le Ploprof. L'offre comprend divers matériaux comme l'acier, le titane ou même la céramique, ainsi que des fonctionnalités supplémentaires et des styles variés dont un retour marqué vers le rétro avec le Seamaster 300 revisité.

L'appel du large : Prix d'entrée

  • Le Submariner sans date est l'entrée de gamme chez Rolex, proposé à 8 100 dollars.
  • Chez Omega, on peut s'équiper d'un Seamaster Diver 300M dès 4 900 dollars avec un bracelet en caoutchouc ou 5 200 dollars avec un bracelet en acier inoxydable.

Cette différence notable place Omega en position avantageuse pour les amateurs cherchant une option plus accessible.

Duel quotidien : Submariner Date vs. Planet Ocean

Dans la catégorie des montres passe-partout, le Planet Ocean et le Submariner Date se font face. Le modèle d'Omega débute à 6 200 dollars, tandis que celui de Rolex est affiché à 9 150 dollars. L'Omega garantit une étanchéité jusqu'à 600 mètres, surpassant ainsi les 300 mètres du Submariner Date qui inclut cependant des caractéristiques techniques solides telles que son calibre manufacture Caliber 3235 depuis 2020.

Lire aussi :   Comment le Rolex Submariner a conquis le monde : Entre performance et prestige

L'Omega semble donc offrir un meilleur rapport qualité-prix bien que les montres Rolex tendent généralement à mieux conserver leur valeur au fil du temps.

Vers les abysses : Les modèles professionnels

La confrontation se poursuit avec la Sea-Dweller chez Rolex et la Seamaster Ploprof chez Omega. Les spécifications sont impressionnantes : jusqu'à 1 200 mètres pour l'Omega, légèrement surpassées par les 1 220 mètres de la Rolex Sea-Dweller. Cependant, Rolex contre-attaque avec sa Deepsea capable de résister à une pression équivalente à une profondeur de 3 900 mètres.

Tandis que les prix des modèles en acier sont similaires chez les deux marques, c'est dans ce segment extrême que Rolex défend sa suprématie historique.

Editions spéciales et ambitions cinématographiques

Omega excelle dans l'art des séries limitées avec ses créations pour les Jeux Olympiques ou encore James Bond. De son côté, Rolex préfère maintenir une production régulière sans éditions limitées mais propose néanmoins des variations recherchées comme le Submariner à lunette verte ou la Deepsea au cadran dégradé ‘D-blue'. Quant à James Bond, après avoir longtemps arboré une Rolex au poignet, c'est désormais avec Omega qu'il sauve le monde depuis huit films consécutifs.

Moteurs de précision : Les mouvements horlogers

Chez Rolex comme chez Omega, l'excellence est de mise en matière de mouvements. Si Rolex utilise principalement deux calibres maison robustes offrant jusqu'à 70 heures de réserve de marche, Omega déploie sa série 8000 dotée du fameux échappement co-axial et d'une protection anti-magnétique sans pareille grâce à l'utilisation d'un fond transparent qui ne sacrifie pas pour autant aux performances horlogères.

Garmin Instinct 3 : Date de sortie, caractéristiques et ce que nous espérons voir

Sommaire
Lire aussi :   Révélations horlogères de 2024: Les nouveautés Rolex qui vont marquer les esprits!

Rédigé par Sarah Pallin

Après un stage passionnant dans le domaine de la rédaction, j'ai été immédiatement attiré par l'opportunité de devenir pigiste, ce qui m'a incité à revenir dans ce milieu fascinant. Ma passion pour les montres, qu'elles soient classiques ou connectées, se reflète dans mes écrits, où je m'efforce de capturer l'élégance intemporelle et l'innovation technologique.

Une fusion d’art et d’aventure : La REC TTT Knievel, plus qu’une montre, un symbole d’évasion

Smartwatches : Évitez ces 9 erreurs fréquentes pour optimiser votre expérience