Louis Moinet révolutionne le sertissage traditionnel avec sa nouvelle montre Geopolis Opal : l’opale fait-elle son grand retour ?

Plus rare que le diamant et plus colorée qu’un arc-en-ciel de saphirs, l’opale semble être sur le point de reconquérir le monde de l’horlogerie. Louis Moinet, maître incontesté des cadrans en pierres précieuses, fossiles et météorites, confirme cette tendance avec sa dernière création : la Geopolis Opal.

L’essor des pierres précieuses dans l’horlogerie moderne

Alors que les frontières entre les genres s’estompent et que l’industrie horlogère devient de plus en plus ludique et colorée dans ses designs, les pierres précieuses connaissent un véritable engouement. Cette tendance s’est dessinée ces dernières années, les collectionneurs reconnaissant la valeur des cadrans en pierre et les marques comme Piaget et Jaeger-LeCoultre, qui excellent dans ce domaine, gagnant en notoriété.

Parallèlement, la folie des montres « arc-en-ciel », initiée dès 2012 avec la première Daytona Rainbow mais qui a pris de l’ampleur ces cinq dernières années, ne montre aucun signe de ralentissement. Presque toutes les grandes marques ont proposé leur propre interprétation du spectre chromatique.

L’opale, une gemme rare et fascinante

Parmi les pierres utilisées pour les cadrans, on trouve le lapis-lazuli, la malachite, l’œil-de-tigre, l’onyx, le corail ou encore la turquoise. Les montres arc-en-ciel, quant à elles, emploient généralement une gamme de saphirs soigneusement sélectionnés. Pourtant, une pierre précieuse semble largement négligée : l’opale.

Cette omission peut s’expliquer en partie par des raisons pratiques. Les opales sont en effet extrêmement rares, bien plus que les diamants. Cependant, elles parviennent à offrir un spectre de couleurs envoûtant avec une seule pierre. Louis Moinet, qui a depuis longtemps reconnu l’attrait de l’opale, prouve une fois de plus sa maîtrise avec sa dernière création : la Geopolis Opal.

Lire aussi :   Louis Moinet Time To Race : La montre Chronographe qui fait battre le coeur des passionnés de courses

La Geopolis Opal : un chef-d’œuvre technique et esthétique

Avec la Geopolis Opal, Louis Moinet utilise un cadran en pierre pour obtenir un effet arc-en-ciel saisissant. L’onyx sert de toile de fond à dix opales brillantes qui scintillent sur la périphérie du cadran. Un disque d’opale plus grand prend la vedette au centre, irradiant à partir des aiguilles des heures et des minutes. Enfin, une douzième et dernière opale est subtilement nichée derrière le tourbillon à six heures.

  • Un cadran en onyx mettant en valeur 10 opales brillantes sur la périphérie
  • Un grand disque d’opale central captivant au cœur de la montre
  • Une 12ème opale discrètement placée derrière le tourbillon à 6 heures

Le résultat est instantanément attrayant, mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Derrière ce superbe design se cache une prouesse technique majeure. Les opales sont des pierres extrêmement fragiles, et le processus de coupe requiert une patience, une précision et une habileté extrêmes. Pour réaliser cette configuration particulière du cadran, chaque opale a dû être soigneusement coupée et polie à la main, puis réduite à des disques de seulement 0,5 mm d’épaisseur.

La Geopolis Opal est dès à présent disponible, son prix pouvant être obtenu sur demande en visitant le site web de Louis Moinet. Cette montre exclusive incarne parfaitement la tendance croissante des pierres précieuses dans l’horlogerie haut de gamme, tout en mettant en lumière la beauté fascinante et la rareté de l’opale. Une véritable œuvre d’art horlogère qui ne manquera pas de séduire les collectionneurs et les passionnés de belle horlogerie.

Lire aussi :   Découvrez les bijoux horlogers dévoilés à Watches & Wonders 2024 : un spectacle de précision et de passion !
Afficher Masquer le sommaire