en

Les 10 montres militaires les plus recherchées de tous les temps : des outils devenus des pièces de collection rares et coûteuses

Il y a un certain romantisme qui entoure les montres militaires, dont les origines sont difficiles à cerner. À notre ère numérique, une partie de cette romance doit provenir de la façon dont beaucoup de ces montres étaient construites – c'étaient des objets analogiques avec des entrailles mécaniques, et leur utilisation nécessitait une interaction, soit via la couronne, soit par un mouvement physique. Rangez une telle montre dans un tiroir et oubliez-la, et elle oubliera à son tour de faire son travail.

Des outils conçus pour un usage spécifique

Une autre partie de cette romance concerne la nature de leur conception : dans certains cas, une branche de l'armée d'un pays particulier lançait un appel d'offres avec des exigences pour un type spécifique de montre qui devait accomplir un travail spécifique. Plusieurs entreprises pouvaient répondre à cet appel d'offres avec leurs propres modèles, et le meilleur était choisi par l'armée et distribué à ses soldats. Il s'agissait donc d'un outil conçu pour un usage bien précis – le genre de chose qui semble si rare à une époque où une recherche sur Amazon donne, littéralement, d'innombrables résultats pour tous les produits, dont beaucoup sont de qualité douteuse.

L'attrait de l'histoire et du courage

Mais l'attrait réel des montres militaires – ou des montres « mil-spec » – est plus difficile à admettre pour de nombreux collectionneurs. Un tel collectionneur tiendra une montre de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre des Six Jours ou du Vietnam, et pensera deux choses : « Qu'as-tu vu ? » et surtout : « Ferai-je un jour quelque chose d'aussi important ou courageux que la personne qui a porté cette montre ? ». Bien sûr, ledit soldat aurait très bien pu rester assis derrière un bureau, mais le manque de certitude fait partie de ce qui rend l'achat d'une montre mil-spec excitant. La seule chose qui rend cet achat encore plus excitant est une provenance confirmée.

  • Certains sont attirés par leur histoire
  • D'autres aiment simplement leur esthétique
  • Certains s'imaginent mentalement incarner la personne à qui la montre a été attribuée

Un design utilitaire d'une beauté accidentelle

Ce qui est certain, c'est que pour de nombreux collectionneurs, les montres mil-spec représentent une niche très attrayante au sein d'une niche. Il y a quelque chose dans l'esthétique épurée et utilitaire d'une montre militaire qui est accidentellement belle. Même dans les années 2020, alors que la collection de montres vintage a atteint des sommets, beaucoup de ces montres – surtout les plus petites – sont encore très abordables. Mais les pièces rares, les plus robustes, celles qui portent des noms reconnaissables ? Ce sont maintenant des pièces de musée – le genre de choses qui hantent les rêves d'Indiana Jones.

Les montres militaires les plus recherchées au monde

Bien qu'il ne s'agisse en aucun cas d'une liste exhaustive, elle devrait aiguiser votre appétit pour le vaste monde des montres militaires – un sous-ensemble fascinant de l'horlogerie et un terrier de lapin dont peu reviennent sans une nouvelle appréciation pour le design fonctionnel.

Benrus Type 1 Class A : La montre des forces d'élite américaines

Entre 1972 et 1980, l'horloger américain Benrus a fourni des montres de plongée simples et résistantes aux forces d'élite américaines telles que les UDT/SEALs et les opérateurs spéciaux de la CIA. Appelées « Type I » et « Type II », elles ne différaient que par la configuration de leur cadran. Deux autres désignations ont été produites, les montres « A » comportant un éclairage au tritium, et les « B » n'en ayant pas pour ne pas interférer avec les équipements sensibles, comme ceux d'un sous-marin nucléaire. Bien que la Mil-Spec MIL-W-50717 survive dans plusieurs montres d'hommage modernes, les versions vintage originales sont très convoitées. Prix : ~7 000 €

Lire aussi :   La montre à travers les cultures : une signification qui va au-delà du temps

Breitling Référence 817 CP-1 : L'élégance italienne au poignet

Bien sûr, ce sont les Italiens qui commanderaient l'une des plus belles montres militaires de tous les temps. La réf. 817 « CP-1 », pour « Cronometro da Polso », aurait été attribuée aux pilotes d'hélicoptères et aux officiers parachutistes du Battaglione Paracadutisti Carabinieri Tuscania. Logée dans un boîtier en acier inoxydable de 39,5 mm et dotée d'une lunette rotative, cette superbe montre abritait un mouvement Valjoux 236 à remontage manuel alimentant un chronographe à deux compteurs sur un cadran noir mat avec des index arabes lumineux et un jeu d'aiguilles lumineux en forme d'épée. Produite à environ 500-1 000 exemplaires, certaines ont été vendues comme surplus militaire en 2016 avec leurs bracelets en acier extensibles d'origine, fabriqués au Japon. Si vous arrivez à en obtenir une, considérez-vous comme un collectionneur chanceux. Prix : ~15 000 €

Tudor Submariner M.N. : Le graal des collectionneurs

Bien qu'il y ait eu plusieurs générations de montres Submariner attribuées à la Marine Nationale française, ce sont les versions avec des aiguilles « snowflake » qui font battre le cœur des collectionneurs. Conçues à la demande de la Marine Nationale, ces références 7016/0 et, plus tard, 9401/0 « snowflake » offraient une plus grande surface pour le matériau lumineux et un moyen facile de différencier rapidement l'aiguille des minutes sous l'eau. Combinées à leurs index carrés, rectangulaires et en forme de diamant et à leurs cadrans noirs ou bleus, ces montres sont signées « M.N » avec l'année d'émission à deux chiffres sur leur fond de boîte. Si vous en trouvez une avec ses papiers de mise hors service, vous avez déniché une pièce rare. Prix : ~30 000 € et plus

Longines réf. 5824 « I.D.F. » : La montre des pilotes de chasse israéliens

Attribuée dans les années 1950 aux pilotes de chasse des Forces de défense israéliennes, la référence 5824 est un excellent exemple de la spécialisation de la marque dans les mouvements chronographes compliqués au début et au milieu du XXe siècle. Alimentée par le calibre 12.68Z, la réf. 5824 dispose d'un chronographe à minutes centrales et d'un poussoir, situé à 2 heures, avec une fonctionnalité unique : appuyez légèrement dessus et il arrête le chronographe ; appuyez à fond, et il le remet à zéro, ce qui en fait une interprétation distinctive de la complication flyback. Logée dans un boîtier en acier inoxydable de 47 mm avec une couronne oignon tout aussi imposante, cette « Stopseconde » dispose également d'une lunette rotative, permettant à un pilote d'effectuer de multiples calculs. Prix : ~30 000 € et plus

Grana W.W.W. « Dirty Dozen » : La rareté parmi les douze

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, 12 entreprises – surnommées par les collectionneurs modernes la « Dirty Dozen » – ont été chargées par le ministère britannique de la Défense de fournir des montres conformes à certaines spécifications : un cadran noir lumineux avec une minuterie ferroviaire

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, 12 entreprises – surnommées par les collectionneurs modernes la « Dirty Dozen » – ont été chargées par le ministère britannique de la Défense de fournir des montres conformes à certaines spécifications : un cadran noir lumineux avec une minuterie ferroviaire, un boîtier étanche mesurant entre 35 et 38 mm, un mouvement à remontage manuel de qualité chronomètre, avec 15 rubis et une taille comprise entre 11,75 et 13 lignes, etc. Si certaines entreprises comme ont pu produire des dizaines de milliers de montres, une société plus petite comme Grana n'en a fabriqué qu'entre 1 000 et 5 000 pièces. Alimentée par le mouvement KF320 de , cette discrète petite montre mil-spec vous coûtera autant qu'une nouvelle Toyota Corolla. Prix : ~30 000 €

Lire aussi :   La Daytona Le Mans retirée du marché explose à 320 000 $ sur le marché de l'occasion

Breguet Type 20 « Stérile » : Le chronographe flyback de l'Aéronautique Militaire

Dans les années 1950, l'Aéronautique Militaire française a lancé un appel d'offres pour un chronographe militaire avec fonction flyback, c'est-à-dire que l'utilisateur devait pouvoir redémarrer le chronographe sans avoir à l'arrêter au préalable. Plusieurs entreprises ont répondu à l'appel d'offres et ont produit le Type 20 qui en a résulté, mais celui de est peut-être le plus connu d'entre eux. Doté d'un cadran noir avec un chronographe à deux ou trois compteurs logé dans un boîtier en acier avec une grande couronne oignon et une lunette bidirectionnelle moletée, il était alimenté par un calibre à remontage manuel de Valjoux. Retournez une version attribuée et vous trouverez probablement des numéros de fin de garantie, indiquant les dates d'entretien, en plus des numéros d'attribution. Les premières versions « stériles » du cadran, sans aucune marque, sont particulièrement rares. Prix : ~40 000 €

Blancpain Fifty Fathoms Mil-Spec I : L'indicateur d'humidité innovant

Après la Seconde Guerre mondiale, les officiers français, le capitaine Robert « Bob » Maloubier et le lieutenant Claude Riffaud, cherchaient une montre pour équiper leur nouvelle unité de plongée Nageurs de Combat. En collaboration avec le PDG de de l'époque, Jean-Jacques Fietcher, ils ont conçu la Fifty Fathoms, qui allait se retrouver au poignet des hommes-grenouilles des marines française, américaine et autres. La Mil-Spec I, avec son indicateur d'humidité spécial sur le cadran, alertait le porteur en cas d'incursion d'humidité, et le boîtier en acier à finition mate et le cadran noir mat réduisaient les reflets au minimum. Bien que certains exemplaires aient pu être vendus à des civils, la Mil-Spec I reste un élément fascinant de l'histoire des montres de plongée militaires. Prix : ~40 000 €

Omega Seamaster 300 réf. ST 165.024 « W10 » : La montre des forces britanniques

Lancée dans les années 1960, l'Omega Seamaster 300 référence 165.024 a mis à jour la réf. CK 2913-1 de 1957 avec des cornes torsadées, une lunette de chronométrage plus large et entièrement hachurée, et un boîtier de 42 mm de diamètre. Attribuée aux forces britanniques entre 1967 et 1971, cette montre de plongée s'est retrouvée au poignet du personnel de l'armée sous la désignation « W10 », et du personnel de la Royal Navy sous la désignation « 0552 ». Les versions mil-spec se distinguent encore des versions civiles par leur cadran au tritium « T » cerclé, leurs barres à ressort fixes, leurs aiguilles à flèche large et les marquages au dos du boîtier. En trouver une en bon état avec lesdits marquages intacts est une proposition difficile – en trouver une avec d'autres formes de provenance comme des documents et des photos est encore plus difficile. Prix : ~45 000 € et plus

Panerai Radiomir Mil-Spec GPF-2/56 « Egiziano » : Le géant égyptien

Au début des années 1950, l'armée égyptienne a cherché à établir son propre cadre de plongeurs de combat naval pour lutter contre les menaces possibles de l'État israélien naissant. Pour mettre sur pied son corps de plongeurs, elle s'est appuyée sur la formation des vétérans de la Decima Flottiglia MAS, l'unité de nageurs de combat de la marine italienne pendant la Seconde Guerre mondiale. , longtemps utilisé par la marine italienne, a construit pour les Égyptiens une nouvelle référence appelée GPF-2/56, qui a été livrée en 1956, l'année de la crise de Suez. Logée dans un énorme boîtier en acier inoxydable de 60 mm, elle comportait une lunette de plongée rotative, un dispositif de protection de la couronne, un mouvement cal. 240 à remontage manuel avec huit jours de réserve de marche, un cadran sandwich avec un éclairage Radiomir et un affichage des petites secondes à 9 heures. Prix : ~200 000 €

Lire aussi :   Nos coups de cœur de la semaine en occasion : Rolex, Patek Philippe, TAG Heuer, Cartier et IWC à l'honneur !

Rolex Mil-Sub Submariner 5517 : Le Saint Graal des Submariners militaires

Au début des années 1970, Rolex a été chargé de produire des versions spéciales de ses montres de plongée Submariner pour le ministère britannique de la Défense, afin de les attribuer au Special Boat Service et au Special Air Service. L'armée exigeait des ajustements spécifiques au design de la Sub : une lunette entièrement hachurée avec des démarcations de 60 minutes, un jeu d'aiguilles luminescentes élargies en forme d'épée pour une excellente visibilité sous l'eau, des barres à ressort fixes qui ne pouvaient accueillir qu'un bracelet d'une seule pièce, un éclairage au tritium indiqué par un « T » cerclé sur le cadran, et plus encore. On connaît environ 1 500 exemplaires répartis sur trois références : 5513, 5517 et la « double référence » 5513/5517, et chacun d'entre eux est un graal horloger. Prix : ~250 000 €

Ces montres militaires, autrefois des outils, sont devenues des pièces de musée rares et précieuses. Elles témoignent d'une époque révolue où la conception fonctionnelle primait sur tout le reste. Leur esthétique épurée et utilitaire, fruit d'un cahier des charges strict, a donné naissance à des designs intemporels qui continuent de fasciner les collectionneurs du monde entier.

Chaque rayure, chaque marque sur ces montres raconte une histoire – celle d'un soldat, d'un pilote ou d'un plongeur qui a porté cette montre dans des conditions extrêmes, au service de son pays. C'est cette histoire, ce lien tangible avec le passé, qui rend ces montres si spéciales et si convoitées.

Mais au-delà de leur valeur historique et émotionnelle, ces montres militaires sont aussi des merveilles d'ingénierie et de savoir-faire horloger. Avec leurs mouvements robustes, leurs cadrans lisibles en toutes circonstances et leurs boîtiers étanches, elles incarnent l'essence même de ce que doit être une montre outil.

Alors que le marché des montres vintage ne cesse de s'emballer, avec des prix qui atteignent des sommets, les montres militaires occupent une place à part. Elles ne sont pas seulement des objets de collection, mais de véritables témoins de l'histoire, des morceaux d'épopée au poignet.

Pour l'amateur de montres, plonger dans l'univers des montres militaires, c'est entreprendre un voyage dans le temps, à la rencontre de destins hors du commun. C'est aussi la promesse de porter au poignet une montre unique, chargée d'histoire et d'émotion. Une montre qui, plus qu'un simple accessoire, est un véritable compagnon d'aventure.

Alors, que vous soyez attiré par leur design intemporel, leur histoire fascinante ou leur valeur de collection, les montres militaires ont de quoi séduire les passionnés d'horlogerie les plus exigeants. Une chose est sûre : une fois que vous aurez succombé à leur charme, vous ne verrez plus les montres de la même manière.

Bulgari Aeterna 2024 : Les montres haute joaillerie inspirées des bêtes mythiques

Sommaire

Rédigé par Laurence Jardin

Je suis passionnée par l'univers des montres, qu'elles soient classiques ou connectées. Expert en technologie, notamment dans le domaine des smartwatches et des smartphones, je me consacre également à la critique de séries littéraires. Dans mes moments libres, je me plonge dans l'écriture, partageant mes connaissances et ma fascination pour l'horlogerie traditionnelle et les innovations technologiques dans ce domaine.

Le Bucintoro 1969 de Venezianico : Un hommage horloger aux missions Apollo

Seiko Prospex SPB451 et SPB453 : le raffinement d’une nouvelle génération ou un coup d’épée dans l’eau ?