Le saviez-vous ? Le tourbillon n’est pas une complication

Dans une tentative réussie d’annuler autant que possible l’influence de la gravité sur la précision d’une montre de poche, Abraham-Louis Breguet a inventé le tourbillon. Le 26 juin 1801, il obtient un brevet pour cette invention, mais la production pour les clients ne commence pas avant 1805. Même après l’expiration du brevet, une montre de poche avec tourbillon reste rare, car il faut des compétences exceptionnelles pour la fabriquer. Dans les montres-bracelets, le tourbillon a été un succès tardif. Certaines marques, dont Omega, ont expérimenté des mouvements à tourbillon dans des prototypes, mais ce n’est qu’après la crise du quartz que cette complication est devenue vraiment populaire et plus couramment vue.

Le tourbillon : une addition à l’échappement, pas une complication

Beaucoup pensent encore que le tourbillon est une complication. Bien qu’il soit certainement complexe à réaliser, il s’agit en réalité d’une addition à l’échappement de la montre. Comme il s’agit d’une pièce essentielle d’une montre mécanique, cela ne compte pas comme une complication. Dans cette même optique, un remontoire ou l’échappement coaxial inventé par George Daniels ne sont pas non plus des complications, bien qu’ils nécessitent une expertise considérable pour être fabriqués.

Qu’est-ce qu’une complication horlogère ?

Cela soulève la question de savoir ce qu’est une complication. La réponse dépend de la personne à qui vous posez la question. Un puriste pourrait dire tout sauf l’aiguille des heures. Les premières horloges n’avaient qu’une seule aiguille pour indiquer l’heure. Cependant, comme nous parlons ici de montres-bracelets, le consensus le plus largement accepté sur cette question est que toute fonction ajoutée à une montre au-delà de l’affichage des heures, des minutes et des secondes compte comme une complication.

Lire aussi :   Les montres dans l'espace : L'histoire du chronographe lunaire

Le tourbillon, une prouesse technique qui ne fait pas une complication

Ainsi, même lorsqu’un tourbillon de 60 secondes fait office de trotteuse, il ne fait toujours pas le poids pour être considéré comme une complication. Le tourbillon reste néanmoins une prouesse technique impressionnante, nécessitant un savoir-faire d’exception pour être réalisé. Son rôle est d’annuler l’effet de la gravité sur la précision du mouvement, en faisant tourner l’échappement sur lui-même.

Inventé initialement pour les montres de poche, le tourbillon a mis du temps à s’imposer dans les montres-bracelets. Aujourd’hui, il est devenu un symbole d’excellence horlogère et un argument marketing de poids pour les marques. Mais techniquement parlant, aussi spectaculaire soit-il, le tourbillon n’est pas une complication à proprement parler. Une subtilité horlogère qui n’enlève rien à la fascination qu’il exerce sur les passionnés de belle mécanique !

Afficher Masquer le sommaire